L'ingénieur.e citoyen.ne c'est moi ?

La campagne « L'Ingénieur Citoyen.ne … c'est moi ? » a été créée afin de mettre en lumière les enjeux concernant les formations en ingénierie actuellement.

Elle part de la conviction que l'amélioration de la prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux dans les formations passe par l'amélioration des processus démocratiques d'élaboration des formations. Ceux-ci permettront également aux étudiants de prendre en main leurs formations, condition nécessaire à un apprentissage de la responsabilité, de l'autonomie et de la créativité. En effet, la gouvernance actuelle des formations d'ingénieurs favorise l'expression des besoins du monde économique. Ainsi, formater à l'existant prend le pas sur former l'ingénieur pour participer à la transformation de la société vers plus de justice sociale et environnementale.

L'objectif principal de la campagne est d'accompagner les étudiants ingénieurs engagés dans ce programme dans la prise du recul sur leur identité professionnelle, leurs formations et leur responsabilité à être acteurs de leurs formations.

 

Plusieurs outils ont été développés et mis à disposition pour la mise en débat autour de ces questions :

  • Interpello'quiz, pour s'interroger sur les enjeux des formations.

  • Conférence gesticulée « « Quand on veut on peut ». Pour en finir avec la méritocratie », pour une soirée qui donne envie d'agir.

  • Conférence gesticulée « Lâcher prise artistique et conviction politique : pour faire de l'ingénierie une science humaine et sociale », pour débattre de l'ingénierie en tant que science sociale.

  • La vidéo « Pour une formation citoyenne des ingénieur.e.s », pour débattre sur la dépolitisation de la technique.

  • Le « Forum d'Actions Concrètes », pour inspirer les prochaines actions.

  • Le « Labyrinthe » de la gouvernance, pour comprendre comment sont prises les décisions au sein d'une école et les interactions entre les acteurs de la formation.

  • Le « Lien avec les Syndicats », pour démocratiser la gouvernance des formations.

  • « Décortiquons le Manifeste », pour articuler les positionnements FormIC au vécu quotidien.

  • Débat Mouvant, pour libérer les mots et faire émerger les représentations de chacun.

  • Exposition Fugace, pour interpeller les moins intéressés.

  • Débobine ton UE, pour analyser le contenu des cours.

 

Des temps de partage et de réflexion sont prévus tout au long de l'année pour accompagner les groupes locaux d'Ingénieurs sans frontières participant à la campagne.

Une année de plus pour alimenter la réflexion sur la finalité des formations d’ingénieurs et pour avancer vers plus de pluralité et de construction démocratique de celles-ci !

 

 

« L’enjeu, c’est l’indépendance d’une école publique ! »

23/06/2020
Interview complète de Matthieu Lequesne, porte-parole du collectif de mobilisation contre le projet de d’installation du centre de recherche et développement (R&D) de Total sur le Campus de L’École polytechnique.

En 2020, les écoles d'ingénieur·es forment-t-elles toujours "des petits soldats de l'ingénierie" ?

28/12/2019
Le terme "les petits soldats de l'ingénierie" est emprunté à une brochure éponyme écrite en juin 2005 par Samuel Foutoyet alors membre d'Ingénieurs sans frontières Grenoble. Ce titre était lui-même inspiré d'une citation d'un "spécialiste en énergie alternative" s'adressant aux étudiant·es de la filière énergie d'une école d'ingénieur·e... :

Derrière la personnalisation des parcours scolaires, l'injonction à l'entrepreneuriat de soi

05/04/2018
Loin de viser l'émancipation de chacun·e par la possibilité d'évoluer dans son parcours en fonction de ses intérêts personnels, la personnalisation du parcours masque l'entrée de l'idéologie entrepreneuriale au sein même des formations.

Les Liens entre ISF, iESS et Ingénieurs Engagés

06/12/2017
Les mouvements iESS (Ingénieur.e.s pour l’Économie Sociale et Solidaire) et Ingénieurs Engagés ont gagné beaucoup de visibilité cette année. Comment s’y prendre pour trouver une cohérence globale entre leurs actions et celles d’ISF ? Interviews croisées avec Jean-Philippe Neuville (sociologue à l’INSA Lyon) et Nicolas Vandeschricke, étudiant de l’école.