Développement agricole et souveraineté alimentaire

Comment nourrir les 7 milliards d’êtres humains sur Terre ? Quels sont les impacts de ma consommation alimentaire ? Le commerce peut-il être équitable ?

Voici quelques unes des questions autour de la thématique Développement agricole et souveraineté alimentaire sur lesquelles travaille Ingénieurs sans frontières.

Nous nous employons à informer et sensibiliser sur les impacts de la production agricole et de la consommation alimentaire au Nord comme au Sud. Nous promouvons aussi des pratiques durables et solidaires de l'agriculture et de l'alimentation. En pratique, nous participons à des campagnes de sensibilisation, appuyons des projets de développement et élaborons et diffusons des études.

Toutes ces activités sont menées en partenariat avec des collectifs regroupant des acteurs de l'agriculture durable ou de la solidarité internationale.

Projets locaux

Actualités

StOP CETA

APPEL : plus de 70 organisations appellent les parlementaires à voter contre la ratification du CETA

05/07/2019
Quelques jours après l’annonce d’un accord politique sur la finalisation des négociations commerciales entre l’UE et le Mercosur et à la veille de la présentation en Conseil des Ministres du projet de loi de ratification du CETA, défenseurs de l’environnement et des droits humains, professionnels des filières d’élevage, associations de consommateurs et syndicats de travailleurs, représentant 72 organisations, écrivent aux députés et aux sénateurs français pour leur demander solennellement de ne pas ratifier l’accord de commerce et d’investissement entre l’UE et le Canada. Cet accord qui présente des risques largement documentés sur le plan économique, social, démocratique et écologique doit être examiné à l’Assemblée Nationale, dès le 10 juillet en Commission Affaires étrangèrs et le 17 juillet en séance plénière.

Une alimentation choisie et de qualité pour toutes et tous

19/06/2019
Retrouvez le dernier numéro de notre revue biannuelle Alteractif. Nous nous intéressons ce mois-ci à la question de l'alimentation, avec le projet inédit de sécurité sociale de l'alimentation porté par le groupe thématique d'ingénieur·es Agriculture et souveraineté alimentaire (AgriSTA).
Une productrice camerounaise

Soutenons ISF Cameroun dans la transition agroécologique

31/03/2019
Au Cameroun, comme dans beaucoup de régions du globe, l'agriculture est considérée comme une activité de base et pas comme une activité professionnelle. Mais cette "petite" agriculture revêt une importance cruciale car elle produit 80% de l'alimentation des pays non-industrialisés. Accompagner les familles paysannes à se considérer comme des "professionnels" de l'agriculture, c'est leur permettre d'acquérir les compétences de gestion et de production qui assurent la sécurité alimentaire du pays.
Une carte vitale alimentaire

Pour une sécurité sociale alimentaire

13/03/2019
​ En France, la sécurité sociale offre aux citoyen·ne·s l’accès à des soins médicaux, quels que soient leurs revenus. Pourquoi ? Parce que la santé est un bien commun et l’accès aux soins, un droit. ​ Si l'alimentation, notre première médecine, représente une part majeure des questions de santé, un bien commun et même un droit, une part encore trop importante de la population n’est pas en mesure de l’exercer. L’accès digne à une alimentation choisie, tout comme l’accès aux soins, ne devrait-il pas faire l’objet d’une politique sociale ? ​ Créer une sécurité sociale de l'alimentation (SSA), est-ce possible ? A quelles conditions ? Commet une sécurité sociale alimentaire pourrait-elle offrir à toutes et tous l'accès à une alimentation choisie, de qualité, respectant l’environnement et les travailleurs·euses ? Comment cet outil pourrait-il garantir le droit à l'alimentation et, dans le même temps, être la base d'une souveraineté alimentaire des peuples ? ​ Afin d’alimenter le débat sur ces questions, ce document présente le projet de sécurité sociale alimentaire porté par AGRISTA, le groupe « Agriculture et Souveraineté alimentaire » d'Ingénieurs Sans Frontières. Il s'appuie sur des politiques déjà existantes en France et fait le parallèle entre la politique d'accès aux soins et une possible politique d'accès à l'alimentation.