Fair future : un projet pour aller plus loin dans le commerce équitable !

En 2019, ISF prend officiellement part au programme FAIR Future porté par Commerce Équitable France en partenariat avec huit associations. Ce projet, dont l’objectif principal est d’encourager l’éducation au commerce équitable en France à destination des moins de 30 ans, a débuté en juillet dernier.
Logo label "école de commerce équitable"
Comité label "école de commerce équitable"

Pour Ingénieurs sans frontières, Fair Future est la concrétisation de l’expérimentation entamée deux ans auparavant pour faire avancer la sensibilisation, la vente ou encore le plaidoyer, notamment dans les écoles d’ingénieur·es. Celle-ci passe par la labellisation d’établissements scolaires (et plus particulièrement d’écoles d’ingénieur·es). L’idée est de valoriser les engagements de ces établissements en faveur du commerce équitable et de favoriser des pratiques plus équitables et plus durables.

Le label est basé sur l’autonomie : c’est armé·es d’un dossier de candidature que les étudiant·es et/ou l’administration pourront estimer si oui ou non et à quel niveau de labellisation, leur établissement peut prétendre. Pour ce faire, elles·ils passeront en revue les différents points du cahier des charges et examineront les actions par lesquelles l’établissement fait un lien avec le commerce équitable. Celles-ci peuvent aller de la vente de thés et cafés équitables, aux actions de sensibilisation et de promotion type projections débats et actions de découverte du commerce équitable, en passant par la présence d’ouvrages sur le sujet dans les rayonnages de la bibliothèque universitaire, jusqu’aux cours dédiés à la question. En somme, rien ne sera oublié !

Le label intègre un objectif intrinsèque de progrès, il est obtenu dès la première année si trois critères1 sont remplis par l’établissement. Les années suivantes, il faudra faire encore mieux ! Une délibération au conseil d’administration de l’établissement ainsi que la mise en place d’un comité multi-acteur·rices est par ailleurs obligatoire. Le dispositif joue donc un rôle moteur dans le développement des activités de l’établissement et des associations locales.

L’évaluation finale quant à elle, se fera de trois manières : une auto-évaluation réalisée par le groupe d’étudiant·es et/ou l’établissement porteur, une évaluation par les pairs (une association du réseau ou en lien avec le commerce équitable) et enfin une évaluation, à l’échelle nationale, via un jury de personnalités rassemblées pour l’occasion.

Mais quel est le rôle d’ISF dans tout ça ? L’idée est bien que les groupes locaux s’emparent de l’outil « label » pour poursuivre les objectifs de leurs associations et, qui sait, lancer des projets de plus grande ampleur et à plus long terme autour du commerce équitable.

Il est grand temps d’éclairer étudiant·es et membres du personnel sur la question des injustices du commerce mondial ! À vos tablettes (chocolatées).

1 Le dossier de candidature ainsi que tous les documents nécessaires à la mise en œuvre du projet sont disponibles en ligne sur le site internet dédié

Lire d'autres articles de l'Alteractif 89 ici.

 

13 février 2020
Émilie PRÉVOST
Thématique