Droits de l'homme

Une productrice camerounaise

Soutenons ISF Cameroun dans la transition agroécologique

31/03/2019
Au Cameroun, comme dans beaucoup de régions du globe, l'agriculture est considérée comme une activité de base et pas comme une activité professionnelle. Mais cette "petite" agriculture revêt une importance cruciale car elle produit 80% de l'alimentation des pays non-industrialisés. Accompagner les familles paysannes à se considérer comme des "professionnels" de l'agriculture, c'est leur permettre d'acquérir les compétences de gestion et de production qui assurent la sécurité alimentaire du pays.
Illustration_Article

Pour une université ouverte à tous·tes

25/02/2019
"Bienvenue en France", c'est le nom donné à la nouvelle stratégie de l'Enseignement Supérieur Français pour les étudiant·es étranger·ères. Le projet de loi vise officiellement à attirer plus d'étudiant·es étranger·ères (de 300 000 actuellement à 500 000 en 2027) en annonçant de meilleures conditions d’accueil. Néanmoins, des syndicats, organisations étudiantes, conseils d'administrations d'universités et de grandes écoles, et de nombreux·ses citoyen·nes alarment sur les dangers de cette loi pour les étudiant·es extra-communautaires mais aussi pour l'enseignement supérieur et la recherche française en général. En effet, l'amélioration des conditions d’accueil se fera au prix de l'instauration de frais différenciés (plus élevés) pour les étranger·ères.
Une carte vitale pour l'alimentation

Pour une sécurité sociale de l'alimentation

12/02/2019
Cette page présente le projet de sécurité sociale de l'alimentation rédigé par ISF-AgriSTA, mis en ligne pour la première fois en février 2019. Elle est mise à jour régulièrement pour présenter l'avancée des travaux et les liens utiles pour suivre le projet. Bonne lecture !

Adoption de la Déclaration des droits des Paysan·ne·s à l’ONU

26/12/2018
Après 17 ans de débat, l’Assemblée Générale des Nations Unies a finalement adopté la Déclaration des droits des Paysan·ne·s le 17 décembre 2018. Le travail de plaidoyer mené auprès du gouvernement français, mené entre autre par le Comité Français de Solidarité Internationale (CFSI) dont Ingénieurs sans frontières est membre a permis de faire basculer la position de la France d’une opposition à une abstention. Cette abstention est une demie victoire car tout en n’obstruant pas la possibilité d’adopter la déclaration, elle révèle combien le lobby des semenciers, fortement opposé au texte, a une emprise sur les décisions de notre soi-disante « patrie des droits de l’Homme », des hommes solvables en tout cas …