Campagne ALIMENTERRE

La campagne ALIMENTERRE, coordonée par le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) et mise en oeuvre sur les territoires par le réseau d'acteurs ALIMENTERRE dont Ingénieurs sans frontières fait partie, vise à :

  • Informer sur l’état actuel de la faim dans le monde, (ses paradoxes, ses causes économiques) et l’enjeu de nourrir le monde demain ;
  • Faire valoir le Droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire ;
  • Faire prendre conscience de la nécessité de soutenir une agriculture familiale, viable et durable au Nord comme au Sud ;
  • Sensibiliser chacun à sa responsabilité de citoyen et sa possibilité d’agir par ses choix de consommation.

La campagne ALIMENTERRE se déroule toute l'année, en fonction des activités propres organisées par les pôles et relais ALIMENTERRE

Le 16 octobre, Journée mondiale de l’alimentation, est une journée emblématique autour de laquelle une forte mobilisation est généralement organisée.

Le Festival de Films ALIMENTERRE est la principale activité de la campagne pendant le temps fort, du 15 octobre au 30 novembre.

Il favorise des débats particpatifs et ouverts permettant au public de se réapprorier les questions alimentaires et agricoles. Il vise à donner des pistes concrètes d'action pour soutenir un modèle agricole plus équitable, et plus respectueux de l’environnement et des écosystèmes.

Campagne ALIMENTERRE 2019

18/09/2019
Cette 12ème édition du festival met en lumière l'interdépendance et la similitude des enjeux agricoles à travers de monde.
Une productrice camerounaise

Soutenons ISF Cameroun dans la transition agroécologique

31/03/2019
Au Cameroun, comme dans beaucoup de régions du globe, l'agriculture est considérée comme une activité de base et pas comme une activité professionnelle. Mais cette "petite" agriculture revêt une importance cruciale car elle produit 80% de l'alimentation des pays non-industrialisés. Accompagner les familles paysannes à se considérer comme des "professionnels" de l'agriculture, c'est leur permettre d'acquérir les compétences de gestion et de production qui assurent la sécurité alimentaire du pays.
Une carte vitale alimentaire

Pour une sécurité sociale alimentaire

13/03/2019
​ En France, la sécurité sociale offre aux citoyen·ne·s l’accès à des soins médicaux, quels que soient leurs revenus. Pourquoi ? Parce que la santé est un bien commun et l’accès aux soins, un droit. ​ Si l'alimentation, notre première médecine, représente une part majeure des questions de santé, un bien commun et même un droit, une part encore trop importante de la population n’est pas en mesure de l’exercer. L’accès digne à une alimentation choisie, tout comme l’accès aux soins, ne devrait-il pas faire l’objet d’une politique sociale ? ​ Créer une sécurité sociale de l'alimentation (SSA), est-ce possible ? A quelles conditions ? Commet une sécurité sociale alimentaire pourrait-elle offrir à toutes et tous l'accès à une alimentation choisie, de qualité, respectant l’environnement et les travailleurs·euses ? Comment cet outil pourrait-il garantir le droit à l'alimentation et, dans le même temps, être la base d'une souveraineté alimentaire des peuples ? ​ Afin d’alimenter le débat sur ces questions, ce document présente le projet de sécurité sociale alimentaire porté par AGRISTA, le groupe « Agriculture et Souveraineté alimentaire » d'Ingénieurs Sans Frontières. Il s'appuie sur des politiques déjà existantes en France et fait le parallèle entre la politique d'accès aux soins et une possible politique d'accès à l'alimentation.

Adoption de la Déclaration des droits des Paysan·ne·s à l’ONU

26/12/2018
Après 17 ans de débat, l’Assemblée Générale des Nations Unies a finalement adopté la Déclaration des droits des Paysan·ne·s le 17 décembre 2018. Le travail de plaidoyer mené auprès du gouvernement français, mené entre autre par le Comité Français de Solidarité Internationale (CFSI) dont Ingénieurs sans frontières est membre a permis de faire basculer la position de la France d’une opposition à une abstention. Cette abstention est une demie victoire car tout en n’obstruant pas la possibilité d’adopter la déclaration, elle révèle combien le lobby des semenciers, fortement opposé au texte, a une emprise sur les décisions de notre soi-disante « patrie des droits de l’Homme », des hommes solvables en tout cas …