Ingénieur citoyen : les différents projets d'ISF

Depuis près de dix années, le concept d'ingénieur citoyen est au cœur du projet associatif d'ISF. Des journées nationales et un numéro entier de sa revue y ont été consacrés. La charte de l'association y fait fortement référence. Comment ISF s'y engage aujourd'hui ?
Flickr - Cyrille Lips - cc

Les formations d’ingénieurs en France, un modèle en question


Les travaux d’histoire et de sociologie sur les formations d’ingénieurs s’accordent le plus souvent sur une vision commune. Selon eux, le système de traditions de la profession explique la persistance d’un modèle traditionnel de formation de l’ingénieur, basé sur la maîtrise des sciences exactes puis les compétences techniques. Parfois, un « supplément d’âme » d’enseignements non-techniques subsiste à leurs côtés. Ce modèle, plutôt proche de la forme actuelle, aurait survécu à plusieurs vagues de débats visant à réformer les cursus en donnant une place plus conséquente à la formation dite « humaine ».

Ainsi, les années 1900-1930 ont été marquées par des débats sur le « rôle social de l’ingénieur », les trente glorieuses par la « maîtrise du facteur humain », les années 1980 par la « technologie appropriée », et les années 1990-2000 par une généralisation de l’intérêt pour l’éthique et le développement durable. En apparence, ces débats ont pour point commun la remise en question d’une certaine idéologie technicienne. Mais est-ce réellement le cas ? Car si le débat existe, le changement ne se produit pas.

Être membre ISF : une expérience du bénévolat et du militantisme


Depuis sa création en 1982, ISF a apporté un complément à la formation des élèves ingénieurs, en leur offrant l’opportunité d’une expérience bénévole et militante dans la solidarité internationale ainsi que dans l’éducation au développement. ISF entend par ce biais participer à la construction d’un ingénieur qui questionne, qui agit, en dépassant les dogmatismes et les clivages propres à son environnement le plus naturel et immédiat.

En parallèle à la réalisation de missions dans les pays du sud, la fédération organise des temps d’échanges pour questionner l’application des techniques face aux enjeux globaux de solidarité internationale et de développement durable. Le relais de campagnes offre un cadre de positionnement politique et une démarche pour influer sur des décisions nationales ou internationales. Ces actions, parmi d’autres, se font autant que possible en collaboration avec une diversité d’acteurs de la société civile.

ISF a vite compris qu’il fallait aussi ouvrir ces opportunités aux ingénieurs en activité. Plusieurs tentatives, comme la création de l’Initiative pour la responsabilité sociale des cadres (IRESCA) ou l’animation d’un groupe strictement composé de ce public – et consacré au concept d’ingénieur citoyen – y ont contribué, sans pour autant aboutir vraiment à une dynamique pérenne et de dimension importante. Ce chantier reste un enjeu important pour le développement de l’association et la mise en œuvre de son projet associatif.

Agir sur les formations, un tournant dans l’action d’ISF


Avec le projet « Transformons nos formations » démarré en 2008, l’objet n’est plus de se cantonner à pallier les carences des formations. Il s’agit de s’adresser à leurs limites inhérentes, en questionnant la pertinence des cursus et en proposant des modifications autant dans les contenus que dans la pédagogie. Le but poursuivi par ISF étant de mieux intégrer les enjeux liés à la frugalité énergétique et au développement durable.

Le projet « Former l’ingénieur citoyen », quant à lui, se situe plus en amont. Mené pour trois années (2009-2011) en partenariat avec le Centre Maurice Halbwachs (1) et la Région Ile-de-France, il vise à dresser un bilan historique de l’évolution des formations d’ingénieurs et à mieux cerner les facteurs de changement et de continuité qui sont à l'œuvre. Il s’agit aussi de comprendre le rôle que joue le contenu de la formation d’ingénieur pour le futur praticien, et d’agir en conséquence. Pour cela, un doctorant à l’EHESS employé par ISF prépare une thèse sur ce sujet, en intégrant dans son analyse une comparaison France-Belgique. La recherche pourrait faire apparaître des exemples concrets et oubliés par le temps, qui inspireraient les élèves-ingénieurs d’aujourd’hui dans leur volonté de transformer leurs formations..

1. Laboratoire de recherches en sciences sociales

14 novembre 2009
Antoine Derouet et Simon Paye, coordination nationale
Thématique